ANgrywOmeNYMOUS


samedi 20 juin 2015

SILENCIÉE !

Je l'apprends à mes dépends : il est interdit de dire qu'Outreau n'est pas synonyme d'erreur judiciaire, d'accusation à tort et de tort qui tue.

La presse est unanime même la presse dite indépendante comme, entre autres, le Canard enchaînée (cf. son article "Outreau tous les jours" n° du 10.6) : il faut se méfier des enfants menteurs qui accusent à tort de pauvres adultes innocents d'avoir porté atteinte à leur intégrité car ils font cela uniquement dans le but de leur nuire.
Et cette nuisance, à partir du procès d'Outreau qui a reconnu 12 victimes de viols et de proxénétisme mais n'a trouvé aucun client, a un nom : Outreau.

Oui, car les enfants sont par essence anti-adultes et conspirent volontiers entre eux jouant de leur faiblesse (qui n'est qu'apparente, bien sûr) pour crier "au viol" dès qu'on leur refuse une faveur, un bonbon, un jouet, la télé, que sais-je. Des tyrans en herbe, des dictateurs en jupette et culotte courte, des sournois(es) en couche jetable, des monstres en barboteuse, de la malfaisance imberbe et miniature perfidement à l'oeuvre.

Sur twitter il existe un hashtag "Outreau" où tous les tenants de la thèse des mensonges et des "faux souvenirs" d'enfants se réunissent pour communiquer des liens attestant la très grande valeur valable de leur théorie de la conspiration enfantine + se tiennent chaud à coup de "révisionnistes" (l'anathème suprême contre leurs opposant.e.s) leur petit mot fétiche.
Sur le même hashtag d'autres intervenant.e.s dont moi, martèlent, à l'inverse de ces négationnismes du pédosadisme, que la théorie des enfants menteurs ou atteint d'Alzheimer est extrêmement dommageable pour les enfants victimes car, en étant considérés À PRIORI comme menteurs/euses, ils sont tout simplement contraint.e.s de se taire.

Dans le premier jugement d'Outreau, on a vu l'avocat de la défense traiter directement les enfants de menteurs après qu'ils aient été placés dans le banc des accusés. Cet acte est une infraction totale à toutes les conventions des droits de l'enfant signées par la France mais pas un.e journaliste pour le dire !

Nier que l'intégrité des enfants peut être violée quand un adulte enfreint ses limites physiques sans son consentement c'est laisser la voie libre aux violeurs d'enfants, cela tombe sous le sens!

Mais voilà : pour les théoriciens du mensonge enfantin et de sa mémoire défaillante, il n'y a tout simplement pas de violeurs d'enfants. Et s'il y en a, ce n'est ni en écoutant les enfants, ni en écoutant les parent(e)s/tuteurs/trices protecteurs/trices, ni non plus les pédopsychiatres, ces "faux-sachant.e.s" (sic) qu'on peut le savoir. C'est seulement si le violeur d'enfant en parle lui-même tout seul comme un grand. Et encore. Il aura confondu.

Alors toutes les personnes qui cherchent à remettre le discours à l'endroit, car l'enfant n'est évidemment pas dans une position de force par rapport à l'adulte, sont dénigrées, diffamées, moquées, harcelées, discréditées, clouées au pilori tout particulièrement dans les médias, propagandistes actifs de la doxa du mensonge enfantin.
En dernier on remet en cause le CV de ces défenseurs/euses. Il faut les réduire à néant, les faire taire également. Ca va donc très loin.

Faisant partie de la catégorie des indigné.e.s de ce mouvement particulièrement agressif de silencieurs d'enfants et de leurs défenseurs/euses qui sévit sur twitter sous le hashtag "Outreau" (mais pas seulement malheureusement), et m'efforcant de combattre les auteurs avec certaines de leurs armes (CV, par exemple), j'ai découvert que l'un d'entre eux a des ennuis avec la justice et a même fait de la prison. Ce qui de mon point de vue annule sa crédibilité mais l'administration de twitter semble voir cela différemment.

j'ai été signalée par cet ancien interné en psychiatrie* à qui l'on a même retiré les enfants. Chose qu'il publie sur son blog et dont il ne fait aucun mystère, bien au contraire. Il répand allègrement ces infos sans le moindre égard pour ses deux filles et cela dans tous les coins du net, afin d'hurler à l'injustice (sans quoi je ne l'aurais logiquement pas su). Il m'accuse d'avoir mentionné cet élément de sa vie dont il fait pourtant étalage et bien que l'ayant signalé à mon tour pour harcèlement, je n'ai pas obtenu son éviction. C'est moi aujourd'hui qui suis interdite d'accès sur twitter !
  

Silenciée à mon tour.

Outreau n'est donc pas synonyme d'erreur judiciaire mais bien d'Omerta.

*je me suis trompée précédemment sur son type d'enfermement

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire