ANgrywOmeNYMOUS


dimanche 11 novembre 2012

La vie privée, c'est seulement pour les HOMMES politiques

On a vu que Le Canard enchaîné s'est défendu de n'avoir jamais abordé le comportement de DSK avec les femmes parce que, je cite " [pour notre] code de déontologie, l'information s'arrête toujours à la porte de la chambre à coucher".
On ne devait pas savoir que le directeur du FMI + futur candidat à la présidentielle (quand même !) terrorisait les jeunes stagiaires et que tout ce qui était féminin se planquait sur son passage. C'était vilain pas beau de dénoncer cela.
Très vilain et très pas beau.
On avait presque honte d'avoir posé la question à ce journal satirique si à cheval sur de tellement beaux principes.
 Mais apparemment ce beau précepte si digne et si noble ne vaut que pour notre DSK (inter)national qui n'est pas une gonzesse.
Rachida Dati, quant à elle, ne bénéficie pas de ce traitement de faveur et se fait curieusement clouer au pilori par ces si délicats journalistes sur le chapitre de la vie privée des personnes politiques.
Nous avons étrangement le droit de savoir le nombre de liaisons que l'ex-garde des Sceaux a entretenu au moment de la conception de sa fille, voire il nous décline leur identité, et on finit par se demander si madame Dati est autorisée par le Canard enchaîné à chercher à mettre le père devant ses responsabilités même si un enfant "illégitime" a légitimement le droit de connaître son père.
De toute manière, tout cela ne nous regarde pas le moins du monde. Mais d'après ces messieurs de la presse, il paraît que c'est très important que nous le sachions.
Et puis une meuf qui se fait engrosser alors qu'elle n'a pas de "régulier" c'est dingue, non ?
Moi cela ne m'intéresse pas et Rachida Dati est libre comme j'aimerais l'être aussi, ainsi qu'aimeraient l'être toutes les femmes, j'imagine.
Mais le Canard a une autre conception de notre liberté, et pour lui, ca y est, Rachida Dati est une...entraîneuse (?) de cabaret. Au moins.
Voici comment commence la satire : "L'ex-garde des Sceaux nous recoit en tenue de cabaret, plumes d'autruche et bas résille".
Ce n'est évidemment pas vrai puisqu'il s'agit des "sympathiques" "interviews (presque) imaginaires du "Canard"".
Pas si sympathique que cela pour le sexe féminin, en tout cas. Même carrément violement sexiste :


Honte au Canard Enchaîné.

Peu importe de quel bord est Rachida Dati et la politique qu'elle a menée au sein du gouvernement. Cet article du C.E. est juste méprisable.

26 commentaires:

  1. En gros, ils la traitent de "pute" avec les manières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, ils n'ont pas pu la traiter de violeuse, puisque les "victimes" étaient consentantes. On ne peut pas en dire autant de celles de DSK !

      Supprimer
  2. O_o mais c'est quoi ces vieux réacs ??? Même le figaro n'oserait pas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réacs qui se considèrent comme de gauche quand même ! La gauche montre bien là ses limites quant à ses idéaux égalitaires. Ils ne concernent définitivement pas les femmes.

      Supprimer
  3. À Madame Euterpe

    Allons, ce n’est pas parce qu’ils (le Canard) se considèrent comme étant « de gauche » qu’il faut les suivre là-dessus ! Le parti « socialiste » se prétend bien « de gauche », lui aussi, hein !

    & on peut voir ce qu’il en est.

    Karl-Groucho D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Leur "gauchisme" consiste à taire soigneusement les exactions de DSK et même à l'occasion de glisser l'avis de ce dégoûtant personnage sur la politique actuelle (genre dans la rubrique "Minimares), alors que nous ne voulons pas le connaître son avis, qu'il soit jugé d'abord, et aussi à fouiller dans le slip de la droite pour voir s'il y a pas de la matière à faire ce genre de parodie lamentable.
      C'est de la gauche-poubelle, quoi.

      Supprimer
    2. Vous ne lisez visiblement pas souvent le Canard Enchaîné. Ils n’ont fait grâce de rien au libidineux de se(r)vice !

      Et s’ils fouillent au besoin dans les culottes, c’est harmonieusement réparti, je vous assure, et plutôt rare. Ce n’est pas là la principale mission qu’ils se donnent, contrairement à ce dont vous vous persuadez semble-t-il.

      Momone

      Supprimer
    3. Faux. Je lis toutes les semaines le Canard depuis des années. Et j'ai lu tout ce qu'il a écrit ou publié comme dessins de presse sur le sujet. Or, ce cher DSK a toujours été étrangement épargné.
      Sans parler de la fameuse phrase sur la "déontologie" pour expliquer l'omerta. Drôle de déontologie qui ne s'applique qu'à DSK !

      Supprimer
    4. Quelle superbe assurance dans vos affirmations !

      Pourtant, deux numéros plus tôt, dans « Le Canard Enchaîné » du 31 octobre 2012 on pouvait lire cet articulet dénonçant le sexisme :

      Bêtes de sexisme
      Les ministres prennent des cours de féminisme ! Ce n’est pas une blague. Depuis septembre, Fabius, Moscovici ou Peillon s’y sont collés. Jean-Marc Ayrault leur a demandé de réserver le meilleur accueil à cette « action de sensibilisation », raconte « Le Figaro » (26 octobre). Dans le 'rôle de la prof : Caroline De Haas, porte-parole d’Osez le féminisme !, qui met en garde les ministres, hommes et femmes, contre les « stéréotypes » sexistes. Dans « l’express.fr », le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a raconté comment ça se passe : quarante-cinq minutes de formation, avec projection de PowerPoint, et tout et tout. Le résultat est remarquable : « Sur quinze personnes [membres de mon cabinet], sept sont des femmes, explique Le Foll, J’ai tenté de promouvoir des femmes au maximum, bien que nos dossiers soient très techniques. »
      Euh ! Quarante-cinq minutes, c’était peut-être un peu court… »

      Original numérisé visible ici :
      http://wtrns.fr/Ze9h0BGLHRJETY

      Momone

      Supprimer
    5. Je l'ai lu, bien évidemment. Mais était-ce la peine de publier cela si LA SEMAINE SUIVANTE, il fallait déballer les liaisons de Rachida Dati avec énumération des hommes qui se sont trouvés DANS LA CHAMBRE À COUCHER DONT ON OUVRE PAS LA PORTE, N'EST-CE-PAS ?

      Un petit clin d'oeil aux féministes doit sans doute être aussitôt compensé par un petit clin d'oeil aux sexistes pour que les gros beaufs fidèles à cette belle presse ne se sentent trahis !

      Supprimer
    6. Un GROS clin d'oeil aux sexistes, je voulais dire.

      Supprimer
    7. Bref, vous avez toujours raison. Bravo !
      Momone

      Supprimer
    8. Dites plutôt que je vous ai cloué le bec !
      Où est l'application du soi-disant "code de déontologie" quand on est va jusqu'a énumérer les liaisons d'une femme avec le pedigree de chacun (dont on ne revèle pas l'identité parce que c'est leur vie privée à eux DE MECS, d'ailleurs) ?
      Ce qu'a fait là le Canard est INDIGNE ! I.N.D.I.G.N.E. !

      Parler de féminisme lui arrache tellement la gueule qu'il lui faut vite la laver avec un gros torchon sexiste !

      Supprimer
  4. Eh ! Sans défendre ces « couillus »-là, vous avez peut-être lu que le Canard Enchaîné CITE l’un des suppléments « M »arketing de l’ex quotidien de référence ?

    Albertine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des problèmes de lecture,ou de vison, sans doute. Bon. On va essayer plus lentement.

      1. je ne défendrai pas les pseudo-machos du Canard.
      2. Mais (si vous savez lire, hein), le Canard CITE l’un des suppléments marketing de feu « le Monde ».

      Ça va, là ? Vous captez ?

      Ça n’exonère en aucun cas le Canard, eh, mais les propos douteux sont bien de feu « Le Monde ».

      Ils ont le droit, eux (paskeucéppadégôchisses ?) ?

      Mais prendre les gens du Canard pour des « gauchistes », faut pas déconner !

      Albertine.

      Supprimer
    2. Oh monsieur Albertine, vous allez usé d'un autre ton, là ! "Le Monde" ou "Le Suppositoire" peu m'importe que Le Canard se donne pour prétexte qu'une autre feuille de chou ait déjà publié cette merde avant lui !
      D'ailleurs pour la rubrique "Minimares", pareil. Sous prétexte de relayer ce qui a déjà été publié par un confrère, il nous donne l'avis économique d'un justiciable qui n'a pas été jugé.
      Il ne pioche pas leurs articles aux hasards les yeux fermés, si ?
      Alors baisse d'un ton, mec. Quant à tes insultes garde-les pour toi-même.
      Si tu n'es pas capable de t'exprimer normalement, prends des cours de communication.

      Supprimer
  5. Cet article c'est juste n'importe quoi . On dirait presque du Bigard. Ca se veut drôle mais ça ne fait sans doute rire qu'eux. Je trouve que c'est une manière très vulgaire et surtout très méprisante de dépeindre Rachida Dati dans le seul but de placer "le mariage pour tous" en fin d'article...ou plutôt de torchon.

    RépondreSupprimer
  6. Oui ils se cassent pas la tête, ils sont restés coincés aux blagues que l'on faisait sous Pompidou et comme ils n'ont aucune envie de changer de mode de pensée, voilà le niveau. Mais c'est leur petit monde minuscule à eux, ils y tiennent, ils s'y sentent bien et comme le journal se vend...

    RépondreSupprimer
  7. Le pouvoir a-t-il un sexe ? voir conférence avec ce titre, que l'on peut écouter sur le site de la Fondation Gabriel Péri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr qu'il a un sexe. Sinon ce blog n'existerait même pas.

      Supprimer
  8. Euterpe,

    Te lire me requinque, quel punch !
    Tu as tout dit, rien à ajouter sinon merci... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mauvaise herbe ! J'ai l'avantage de ne pas être matraquée au quotidien par la propagande française qui finit par user, je pense, tellement elle a l'air agressive. Mais malgré cela, tes encouragements me font un bien fou car ce n'est vraiment pas facile de taper du poing sur la table dans cette ambiance viriarco-fasciste !

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  9. Vous remarquerez que je supprime vos coms en aval et non en amont, Comme cela tout le monde aura pu juger de quelle prose enrichissante je viens de me priver.
    Je préfère.
    C'est mon "fascisme" à moi, si vous voulez.

    RépondreSupprimer
  10. lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les
    quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi) Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    RépondreSupprimer